Connect with us

Dossier Santé

Quels sont les endroits les plus radioactifs sur Terre ?

Émilie
Mis à jour le 5 avril 2019 à 13:14

Les radiations sont dangereuses. Elles peuvent nous causer des problèmes de santé voire nous tuer à des doses suffisamment élevées. On a estimé à 20 mSv (millisieverts) par an la limite maximum d’exposition que l’homme peut supporter. En moyenne, une personne reçoit environ 3,1 mSv chaque année.

Heureusement, il y a très peu d’endroits sur Terre où vous pourriez être soumis à de fortes radiations. Cependant, certains endroits méritent d’être cités, où il est déconseillé d’y passer beaucoup de temps. En effet, nous n’allons pas seulement vous parler des sites où des catastrophes nucléaires ont bien eu lieu, nous allons aussi vous parler d’endroits toujours habités.

endroits les plus radioactifs

PamestaLV/Shutterstock

Ramsar, Iran

Les habitants de la ville de Ramsar en Iran, reçoivent une dose annuelle de rayonnement de 260 mSv. En effet, neuf sources d’eau chaude bouillonnent des roches ignées riches en uranium dissous dans les eaux souterraines sous la surface. Le radium de ces sources pénètre dans le calcaire à partir duquel les maisons sont construites. D’un autre côté, on retrouve aussi le radium dans les cultures et l’eau potable. En 2002, une étude a publié que ces doses avaient causé 56% d’anomalies chromosomiques supplémentaires chez les quelque 33 000 habitants de la ville. Ils ont ainsi conseillé d’abandonner la ville, mais très peu ont été convaincus.

Goiania, Brésil

En 1987, deux voleurs ont saccagé un hôpital abandonné à Goiania. Malheureusement, ils ont mis la main sur une petite capsule de chlorure de césium hautement radioactif, qui avait été utilisée dans un appareil de radiothérapie. Ils ont pris le matériel sans se rendre compte du danger qu’il représentait. Ils ont même jusqu’à laisser des enfants jouer avec. En tout, 300 personnes ont souffert d’une contamination radioactive, dont 4 ont trouvé la mort. Des niveaux élevés de 2Sv par heure ont été enregistrés dans certains endroits de la ville. De nos jours, la vie est revenue à la normale, mais certains endroits restent encore contaminés.

Goiania, Brazil

Daniel Precht/Shutterstock

Mailuu-Suu, Kirghizistan

Dans les années 40-70, Mailuu-Suu était une ville minière, où était extrait de l’Uranium, comptant pour le programme nucléaire de l’Union soviétique. Une grande partie des déchets de l’exploitation minière a été enterrée le long de la rivière qui traverse la ville. En 2010, des chercheurs ont mis en évidence des taux élevés de cancer et de mauvais systèmes immunitaires chez les habitants de cette ville. Ces derniers ont tout de suite fait le lien avec les niveaux de rayonnement, qui s’avéraient être au-delà des limites de sécurité.

Sellafield, Royaume-Uni

Situé sur la pointe ouest du Royaume-Uni, Sellafield est un site de démantèlement nucléaire. Il n’est donc pas étonnant que les niveaux de rayonnement y soient élevés, puisque des déchets radioactifs y sont stockés. Jusqu’ici, 15 réacteurs nucléaires opérationnels du Royaume-Uni y ont été démantelés. Par ailleurs, une piscine souterraine géante, appelée grotte de tête de cisaillement, contient les barres de combustibles dissouts. On y enregistre jusqu’à 280 Sv par heure à certains endroits.

Sellafield, UK

Steve Allen/Shutterstock

Hanford, États-Unis

Autrefois un complexe de production du plutonium, Hanford stocke encore aujourd’hui 65% des déchets radioactifs du pays. C’est tout simplement l’endroit le plus radioactif des USA. En mai 2017, un tunnel de l’usine s’était effondré occasionnant des radiations jusqu’à plus de 26 km. Certains véhicules utilisés sur le site contenaient de l’américium 241 dans leurs filtres à air.

Tchernobyl, Ukraine

La catastrophe de Tchernobyl en 1986 fait partie des plus célèbres au monde. Une surtension a fait exploser un réacteur, laissant échapper d’énormes quantités de radiations dans la région, jusqu’en Biélorussie et dans le reste de l’Europe du Nord. Environ 116 000 personnes ont été déplacées. En 2017, une énorme tombe en acier a été placée sur le réacteur endommagé, qui va éviter toute fuite supplémentaire durant plus d’un siècle.

Chernobyl, Ukraine

Dmitry Birin/Shutterstock

Hôpital de Pripyat, Ukraine

La ville de Pripyat est située non loin de Tchernobyl. L’hôpital Pripyat a été la base de repli des blessés, des pompiers et autres intervenants de la catastrophe de Tchernobyl. Des vêtements et des équipements hautement radioactifs sont restés au sous-sol de cet hôpital. 500 mSv par heure sont encore enregistrés devant la porte de l’hôpital.

Fukushima, Japon

Fukushima fut la dernière grande catastrophe nucléaire en date. En 2011, un tsunami a détruit la centrale nucléaire de Fukushima provoquant la fusion de trois de ses six réacteurs. En conséquence, environ 160 000 personnes ont été évacuées de la région environnante, et elles ont peu de chances de revenir un jour. À l’intérieur du site, on enregistre des radiations de 530 Sv par heure. En ce moment, seuls des robots travaillent sur le site pour des travaux de décontaminations, prévus pour durer quatre décennies et coûter environ 188 milliards de dollars.

Cliquer pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Copyright © 2015-2018 Noli.fr